Notre mission

Objet et but de l'association

Mäi Wëllen, Mäi Wee – association pour le Droit de Mourir dans la Dignité Lëtzebuerg ADMD-L a une vocation humanitaire. Elle est indépendante de toute étiquette politique ou confessionnelle et s’engage résolument dans la lutte pour une fin de vie dans la dignité. Fondée en 1988 par le Dr Henri Clees, l’ADMD-L est renommée en 2017 par une refonte des statuts « Mäi Wëllen, Mäi Wee – association pour le Droit de Mourir dans la Dignité Lëtzebuerg». Elle compte aujourd’hui (2018) 8 membres au Conseil d’Administration et 4 membres effectifs AG et quelque 1000 membres adhérents.

L’association s’est battue de longues années pour obtenir enfin en 2008*  la loi pour l’euthanasie et l’assistance au suicide  qui  permet à un médecin, sans que celui-ci ne soit poursuivi en justice, de pratiquer une euthanasie et à offrir son assistance pour un suicide s’il respecte les conditions inscrite dans cette loi .

L’Association est de l’avis que les soins palliatifs et l’euthanasie ne s’excluent pas, mais refuse tout acharnement thérapeutique. Elle réclame  pour ceux qui se trouvent dans un état de dégradation physique et psychique irrévocable et insupportable

  • des soins palliatifs hautement spécialisés
  • le recours à l’euthanasie ou au suicide assisté sans que le médecin soit poursuivi en justice

*Loi de 2008 et mise en application le 16 mars 2009

L’Association, ensemble avec la Commission Nationale de Contrôle et d’Évaluation sur l’euthanasie et l’assistance au suicide, ont élaboré un texte pour établir des  dispositions anticipées de fin de vie  que chacun peut adapter à sa situation, ses craintes et à ses souhaits. Ce document est très important et devrait être discuté avec ses médecins, sa famille et ses proches pour le cas où l’on ne pourrait plus s’exprimer. Ces dispositions de fin de vie (contrairement à la directive anticipée* qui concerne les soins palliatifs) ne sont valables que si elles sont enregistrées auprès de la Commission Nationale de Contrôle et d’Évaluation sur l’euthanasie et l’assistance au suicide. Les vœux énoncés dans ces dispositions anticipées de fin de vie peuvent à tout moment être changées, révoquées ou retirées.

Avec l’appui et le soutien inlassables de l’Association, la proposition de loi « Pour le Droit de Mourir dans la Dignité », présentée par Lydie Err et Jean Huss fut adoptée le 16 mars 2009. Selon cette loi, le médecin qui répondra à une demande d’euthanasie ou d’assistance au suicide ne pourra être poursuivi en justice, si toutes les conditions de fond sont réunies.

*À Luxembourg, le formulaire dénommé « dispositions de fin vie » (Bestimmungen zum Lebensende) est une demande anticipée contenant ses vœux à ce que l’on mette fin à sa vie par une euthanasie ou par l’arrêt d’assistance vitale dans le cas où l’on ne pourrait plus s’exprimer; tandis que le formulaire dénommé « directive anticipée » (Patienteverfügung)  concerne une demande de soins palliatifs apaisants les douleurs dues à une maladie mortelle dans sa phase terminale, soins pouvant mener au décès. 

Membres du conseil d’administration 2018

Président:  Jean-Jacques Schonckert

Vice-présidente: Marie-Paule Kohn

Secrétaire du conseil: Roland Kolber

Trésorier: Robert Hochmuth

Membres: Chris Scott; Myriam Stephany; dr Romain Stein

Membres effectifs Assemblée Générale:

Les membres du CA et mesdames Lydie Err, Mireille Kies et Josiane Weiler; monsieur Marc Genot

 

Membres d’honneurs:

Monsieur Jean Huss – président d’honneur

Madame Marthy Putz – secrétaire d’honneur du conseil

 

 

 

Ministère de la Famille et de l'Intégration et à la Grand Région
Ministère de la Santé

Conventionné par le Ministère de la Famille et de l'Intégration CO-SF/5/2017 - PA/18/09/010